De l'autre côté du Caddie

samedi 11 août 2007

Ayéééééééééééééééééééé !!!

On y croyait plus, hein, bin paf, me rvoila...
Sauf que pendant que vous trépignez d'impatience, nous on était en train de déménager, et merci bien le temps que ça prend ces saloperies, hein...
Aors a partir de maintenant, vous pourrez trouver la suite de mes aventures juste LA.

Atusuite :o)

Posté par Pucine à 21:00 - - Permalien [#]


mardi 3 juillet 2007

Parce que desfois, faut que je fasse des courses...

Ca y est, les gens, elles ont enfin fini par arriver, elles se sont installées samedi à midi et pour 4, oui, QUATRE semaines, j'ai nommé les VACANCES. Et qu'est ce qu'elle fait, la chef des fourmis, pour son premier jour de vacances??? Bin les COURSES, pardi!! Parce que oui, moi aussi, j'ai besoin de manger, de me laver, toussa (je précise, parce qu'apparament, c'est pas une évidence). Alors avant, quand ma fourmillière était tout près de ma maison, j'avais pris l'habitude d'y faire mes courses (d'abord, parce que bon, j'étais sur place, ça m'économisait du trajet, ensuite, parce que je savais EXACTEMENT ou étaient rangés mes produits pwéféwés, bonjour le gain de temps, ensuite parce que mon copain boucher me donnait la meilleure viande super pas cher, la boulangère me donnait le meilleur pain super pas cher, la charcutière...bon, pareil pour tout le monde, quoi, donc j'avais des trucs BONS et PAS CHER, ensuite parce que j'étais au courant de toutes les promos qui déchirent leur race, donc si y avait une bonne affaire, j'étais sûre de pas la louper, et ensuite parce que dans ma société, les employés ont 5% de réduc sur tout ce qu'ils achètent, donc j'étais gagnante sur toute la ligne. Sauf que. sauf que quand t'es chef des fourmis, les gens trouvent ça abhérrant que tu fasses des courses. " Salut Pucine...Bin tu travailles PAS ???" "euh...bénan, je fais mes courses..." " Salut Pucine...Alors, tu fais des courses???" "Bé oui, faut que je mange, aussi, quand même..." "Jour Pucine!! Bin qu'est ce que tu fais là, t'es pas en congé staprème??" "Bin si, mais bon, faut que je mange, aussi, quand même...", sans parler des gens qui regardent dans mon caddie, comme si ils allaient y trouver des trucs d'extra-terrestre, "ah, tu prends ça, toi, comme marque de pécu??? " "Euuuh, bin ouais, il me convient plutôt bien, la couleur, le nombre de feuilles, toussa, le top du top, quoi..." "Alalala, tu devrais pas acheter cette race de gâteaux, moi j'en ai pris la dernière fois, zétaient DE-GUEU-LASSES" "ouais, mais bon, moi j'en prends toutes les smaines, et j'aime bien, pardon, hein..." "Oh tiens, moi aussi je prends ça comme déo, sent bon, hein??? " "vouivoui, en même temps, c'est le but, hein...". En plus, comme un peu tout le monde, j'ai ma ptite caissière pwéféwée, celle chez qui je veux bien faire la queue, même si yona d'autres de disponibles (même qu'après, elles te regardent de travers, alors de temps en temps, je change, histoire de pas me les mettre TOUTES à dos), sauf que du coup, la caissière pwéféwée, elle connait par coeur mes habitudes alimentaires, et elle ricane, surtout depuis que dans la même semaine, chuis passée à sa caisse avec 3 fois le même panier, de la Dispiradosse, des Knakybole, des pizzas et de la Dunette au chocolat en format industriel. Là, elle m'a regardé, et elle m'a dit "Toi, tu vis seule, nan???" "Ah merde, ça se voit tant que ça, alors..." ( et encore, c'est tombé la semaine ou y avait pas les croquettes pour le chat >< ). Je ne vous parle même pas de la fois ou j'ai eu la brillante idée d'acheter LE kit de préservatifs MIT the anneau vibrant qui soit disant est trop merveilleux pour tout le monde ( nous ça nous a juste fait mourir de rire, mais bon...en plus, attention, détail intime, on avait joué avec tout l'après midi, à le mettre en route, l'éteindre, le remettre en route, huhu-c'est-trop-rigolo, donc une fois venue l'heure fatidique de l'extase promise par Durax, y avait plus de pile. SU-PER. D'ailleurs, faudrait que je leur écrive, ma meilleure amie de la laïfe a eu le même problème de batterie, faudrait qu'ils songent à un partenariat avec Duracill...) Breeeef, ce jour là, hop, passage en caisse chez la caissière chouchoute, scannage des courses, bip...bip...bip...bip............................Blocage de la copine caissière sur la boîte de Durax, sourire en coin, encaissage des courses, remballage des courses, tcha-tchaô à demain, je me sauve avec mon sachet blindé, et....."Pucine!!!!" Retournage de moi même..." BONNE SOIREE, HEIN!!!" "ouais, t'inquiète...". Je ne parle même pas du lendemain, ou à peine arrivée, j'ai 3 fourmis qui m'ont mis le grapin dessus, que "alors, alors, ayé, t'as un mec, t'as un mec??? Azyyyy, raconte! " (oui, la discretion n'est pas le point fort de la fourmi, il faut le savoir. Moi j'dis que quand tu signes ton contrat, devrait y avoir une clause de confidentialité, nan mais.) Bref, ce jour là, j'ai appris que tout ce qui était préservatifs ou gel de massage ou lubrifiant si besoin est, bin quand t'es chef des fourmis, tu vas l'acheter AILLEURS. Bon, de toute façon, maintenant le problème ne se pose plus, vu que je rapelle, je vais bosser en train, et que je me vois mal trimballer mon caddie de courses, en mode Zézette dans Le Père Noël est une ordure, donc je vais faire les courses chez la concurrence, ouais, c'est pas terrible, en même temps, la concurrence elle est au bout de la rue, et les caissières, elles me connaissent pas, alors bon...

Posté par Pucine à 14:00 - Permalien [#]

mardi 26 juin 2007

Les soldes de la morkitue...

Vous n'êtes pas sans le savoir, demain, c'est le grand jour, celui ou certaines vont courir pour être sûres d'avoir la ptite robe Bordelchose à 129 euros au lieu de 159, une aubaine didonc, celui ou d'autres vont partir en bandes de copines pour effectuer les premiers repérages, et revenir quand ça vaudra supertrop le coup (et que tous les trucs trop bien auront été achetées par les certaines de la première catégorie, et que ça va encore râler que "pffff, tous les ans c'est pareil, y reste RIEN", le jour ou moi, faudrait me traîner de force et par les chveux dans un magasin de fringues: demain, c'est les soldes. (ça me rapelle mon ex-monsieur, qui prenait congé ce jour là, et piétinait devant les magasins à l'ouverture, au milieu des demoiselles hystériques, pour être sûr de trouver la perle rare. Un malade. Et qui en plus, me ramenait que dalle. Un salaud) Or, dans ma fourmilière, les soldes, c'est mon lot. Donc lundi, j'ai fait des magnifiques affiches, le genre de trucs qui te disent que si tu viens pas dans mon magasin ce mercredi matin à la première heure, tu vas te bouffer les couilles jusqu'à la fin de ta vie (pourquoi toujours "s'en mordre les doigts", alors que la langue française regorge de merveilleuses expressions tout aussi explicites). Des panneaux IMMENSES, format A2, que j'ai du bricoler moi même, parce que mon imprimante, au boulot, elle fait pas au dessus du A3, voire du A4 les jours de solstice (materiel de 1985, un excellent cru),des belles affiches JAUNES, que tu peux pas les rater, VENEZ PROFITER DES MERCREDI DE NOMBREUX ARTICLES A 50%, EXCEPTIONNNNNNNNNEL, FANTASTIQUE, MERVEILLEUUUUUX. Après discussion avec mon bienaimé nouveau directeur, on a convenu que je disposais d'un budget de 2000 euros, pour l'occasion. Ca veut dire "vas-y, fais toi plaisir ma fille, tu as le DROIT, que dis-je, tu as le DEVOIR de paumer 2000 euros" (alors ça, en règle générale, j'y arrive super bien, il faut le dire). Sauf que. Sauf que dans mon nouveau magasin, point de rayon hi-fi, point de rayon fringues, point de rayon électroménager. Que de la bouffe, de la bouffe, de la bouffe. Or les soldes, sur la bouffe, c'est pas super super légal, donc ma grande mission du mardi, ça a été de trouver de quoi PERDRE 2000 euros. Ptin. J'me suis proposée, hein, zavez qu'à me les filer, au moins ça sera pas perdu pour tout le monde...Et bin nan, keudal, les salauds. Donc il a fallu que je fouille dans les vieux vieux vieux cartons, et alors là, mes amis, mes soldes, ça va être une véritable tuerie. Pour commencer, j'ai retrouvé un vieux stock de djines pour enfants, DEUX CENT DIX DJINES, à DEUX euros pièce. Et bin croyez-le ou croyez-le pas, allez hop, 50%, nous vla avec 210 djines a UN EURO (ouaiiiis, super, j'ai déjà perdu 210 euros >< ). Ensuite, une trouvaille merveilleuse, un magnifique lot de gobelets en plastique (parfaitement de saison, de surcroît), à 3€70. Allez hop, pas d'hésitation, 50%, j'en ai 16, j'viens de reperdre 28 euros, wow...De vieux carton pourri en vieux carton pourri, j'ai retrouvé des vieux trucs d'une fête au prix rond (à un euro, en l'occurence, et là, bingo, 440 pièces, allez yop, 50%, et encore 220 euros dans les choux, wowowowow...). Puis des Barbaïes moches en plastique mou, encore elles, pareil, un euro a la base, elles étaient 250 dans leur carton, les cochonnes, j'ai dit BANCO, 50%, c'est Noël avant l'heure, et hop, re-perds 125 euros, wowowowowowowowow. Bon, par bonheur, j'ai aussi retrouvé des télés (pas trop vieilles a priori puisque Ellecédé), que si je connaissais pas aussi bien mon service après vente, j'en aurai ptêt acheté une, mais là, nan, même a 50%, donc ça m'a bien aidé à me repprocher de l'objectif fatidique des 2000 euros. Mais même en me forçant, je suis pas arrivée à dépasser les 1700, ou alors fallait que je solde le mobilier du magasin, mon bureau ou que sais-je encore, donc j'ai arrêté. Surtout que je sais très bien que dans 6 semaines, à la fin des soldes, j'vais devoir TOUT remettre exactement ou je l'ai trouvé, parce que j'aurai rien vendu...

Possecrinetome: comme j'étais seule dans mon bureau staprème, j'ai fait une grande affiche "Soldes Exceptionnelles: Fourmi peu docile, 2 bras, 2 jambes mais pas d'oreilles, 4 pour le prix d'une, à retirer à l'accueil de votre magasin". Pis j'ai rigolé toute seule et j'l'ai mise à la poubelle en me disant que quand même, chuis con, hein,desfois.

Possecrinetome 2: ayé, j'ai fait ma première réunion de recadrage. J'ai mis tout le monde en rond autour de moi, telle une gouroute de secte, et j'ai expliqué fermement, mais néanmoins diplomatiquement, que le prochain que je chope à me faire un travail de babouin, à prendre des pauses de 45 minutes sans pointer et a se barrer avant, j'lui latte les couilles avec une planche cloutée. Ils ont dit mouimouid'accord. Maintnant on va voir...

Posté par Pucine à 19:21 - Permalien [#]

samedi 23 juin 2007

J'veux qu'on me rende mes fourmiiiiiiiiiiiis...

Ca y est, apres moult péripéties, je trouve en fin le temps de vous raconter ce qui s'est passé ces derniers jours, et yona un wagon, hein, va falloir s'installer confortablement, faire pipi avant pour ceux qu'ont pas de portable, prendre de quoi boire, des clopes, toussa...Allez sparti. Alors d'abord, j'ai eu droit à une merveilleuse semaine de formation dans la capitale, durant laquelle j'ai passé mes journées assise (trop pas l'habitude, j'ai chopé des crampes de cul) dans une salle de classe (limite on avait les ptits pupitres de jadis, avec la chaisse accrochée et le trou pour l'encrier), avec 10 autres chefs de secteur de toute la France, semaine durant laquelle on a encore essayé de faire de moi une vilaine vilaine chef qui râle, qui crie et qui houspille à tout va, mais rien à faire, je ne SAIS PAS houspiller, ce qui n'est pas le cas de tous mes collègues (on a fait des petites mises en situation, genre "Pétronille arrive en retard tous les matin, vous mettez en place un entretien de recadrage", avec un collègue qui joue le rôle de Pétronille, et un autre celui du chef qui recadre (moi j'me suis rebellée à grands coups de "si j'avais voulu être actrice, j'aurai fait le cours Florent", mais que dalle, OBLIGEE de jouer la comédie devant tout le monde, les balloches) , et bin bonjour le pugilat, j'ai quand même des collègues qui licencient, comme ça, cash, sans avertissement préalable, et bin ceux-là, j'me dis que je voudrais pas être Pétronille das leur équipe, hein. Bon, pour ce qui est de mon cas (parce que après ta "représentation", les autres jugent, comme à l'école des fans. Si c'est pas merveilleux), le verdict a été unanime, chuis trop bisounours, je prends trop des gants, je suis pas assez hargneuse (nan mais n'importe manteau), un jour je vais me faire bouffer, toussa toussa. Bon, en attendant, à chaque fois que j'ai donné des missions, elles ont été accomplies et avec le sourire en plus, alors leurs conneries, hein, j'me les mets au cul et je fais l'avion.

Après cette merveilleuse semaine, sauvée par la bonne ambiance entre les élèves, que autant le lundi, on était sages et disciplinés, tous avides d'enseignements surement tres utiles, autant le vendredi, c'était l'anarchie complète, les boulettes de papier et les bouteilles de flotte (vides, quand même) ont volé, même le formateur ne gérait plus rien (pour un mec sensé nous apprendre à se faire respecter et à calmer le jeu, hein, chapeau melon l'artiste...), que vas-y les restos, les soirées papotages, et même barbekiou, ce lundi a été moins rigolo: j'ai integré ma nouvelle fourmillière (j'vous garantis que la boule au ventre de lundi, stait pas une ptite boulette de lopette, hein, stait THE boule), à la fois parce que j'avais jamais vu mon nouveau magasin, et que tout ce que j'en avais entendu, c'est que c'était de la merde en barre, et que j'allais déprimer parce que c'est toupourri; et que en plus, ma nouvelle équipe c'est que des branquignoles, et que donc j'allais galérer pour les faire bosser correctement, et que en plus, c'est un magasin qui marche pas (là c'est drôle, la version officielle, c'est que "c'est un beau challenge pour toi", et la version officieuse, c'est "on t'envoie un peu au casse-pipe, mais la vie c'est la jungle, c'est le jeu ma pôv' Lucette...". Donc chuis pas arrivée super super détendue, mais finalement, le magasin est pas si pourrave que ça, les fourmis nouvelles sont plutôt accueillantes, mes collègues chefs-des-fourmis sont au top, et le directeur est cool au possible, donc ça se passe plutôt bien. Sauf que. Sauf que mes ptites fourmis d'avant, toutes bien autonomes, les celles de 50 ans et plus qui m'avaient dit quand je suis arrivée "on est tes nouvelles mamans de travail", bin elles me manquent. Déjà parce qu'elles étaient supertrop gentilles avec moi, ensuite parce qu'elles trouvaient que j'étais un super-chef-de-la-mort-qui-tue, ensuite parce qu'elles savaient bosser comme des pros, ensuite parce que je pouvais leur raconter toutes mes ptites misères, ensuite parce qu'elles avaient un sens du boulot bien fait que je retrouverai plus jamais, ensuite parce que je pouvais leur demander n'importe quoi, de revenir plus tôt, de repartir plus tard, de faire le boulot de Bidule qu'est en maladie, elles disaient toujours OUI. Alors que là, pour vous présenter vite fait ma nouvelle équipe, j'ai une Soeur Sourire de 45 ans, depuis lundi j'ai l'impression qu'à n'importe quel moment, elle va se mettre à chialer, j'me suis renseignée, c'est que normal, ça fait 20 ans qu'elle tire la même tronche, personne ne l'a jamais vu sourire, un truc de malade. Quand elle arrive, elle dit pas bonjour, quand elle se pète, elle dit pas au revoir, breeeef, c'est pas avec elle que j'vais aller boire des canons entre deux postes. Ensuite j'ai un bel italien trentenaire, qui sourit tout le temps, qui parle tout le temps, qui veut bien faire tout le temps, mais qui a force de rendre des services a tout le monde, il est devenu l'idole de ces dames, que "vas-y, ça je vais le faire, c'est trop lourd pour toi", "laisse, ça je vais le faire, ça t'évitera un voyage en réserve", "tu veux un coudmain? Nan parce que sinon, tu m'demandes, hein...", ce qui a priori est une bonne chose, vu que c'est le seul à avoir à peu près l'esprit d'équipe, sauf que en attendant, son boulot à lui, il est pas fait, et que donc va falloir que ça cesse... Mon italien, y bosse en binôme avec un travailleur handicapé, qui est bourré de bonnes volonté, mais qui m'aligne les conneries comme c'est pas permis (lundi il a receptionné la marchandise, il m'a juste renversé une palette complète de bière sur la route, 350 dollars de perte, PLUS les deux heures passées à tout déblayer et à trier le "sauvable" du "pas sauvable", en essayant de se grouiller pour que les voitures puissent circuler vu que mon camion, il se gare en double file et que là, on a un peu fait un gros bouchon, et aussi parce que pendant ce temps là, bin y a personne qui le vide, le camion, et que donc les autres peuvent pas bosser, et que donc Soeur Sourire commence à râler, l'Italien commence à vouloir aider, et moi je commence à bouillir...mais j'me calme (premier jour, j'vais pas me griller tusuite hein). Ajoutez à ça un fan de foot pur et dur, que j'ai pas encore eu l'occasion de voir puisqu'il est en vacances, et que donc je ne connais que de réputation (trois mots: bordélique, mou et tête en l'air, toutes les qualités requises pour un mec qui a la responsabilité de passer des commandes, hein). Heureusement, petite lueur d'espoir, pour compléter ma dream team, j'ai une ptite madmoiselle toute mimi toute timide mais qui a la tête sur les épaules et qui bosse bien. Mais doucement. Mais super bien. Mais vraiment super doucement. En même temps, elle débute, donc j'me dis que le rythme devrait s'accélérer (j'vais la bouger, moi, la mignonette^^). Ala. C'est CADEAU, qu'ils m'ont dit quand chuis arrivée. Bin merci, hein.

Ajoutez à ça le fait que pour aller bosser dans mon nouveau magasin, faut qu'je fasse de la route, donc j'ai choisi le train, et que donc je perds déjà au cumul "marche vers la gare/ attends le train/ prends le train/ marche de la gare au magasin, puis re-marche du magasin à la gare/ re-attends le train/ re-prends le train/ re-marche de la gare à la maison" un petit deux/trois heures par jour dans les transports, et vous comprendrez pourquoi les notes ici vont devenir plus rares...

Bon, lundi, première réunion de recadrage, j'vais ESSAYER d'être pas trop bisounours. Desfois, j'aime pas trop être chef des fourmis...

Posté par Pucine à 14:29 - Permalien [#]

jeudi 7 juin 2007

Chôôô...cacaooo...chô, chô, chô, chocolaaat...

(partez pas, j'arrête Anny Cordy, promis)

Et voila, pendant que le soleil brille, que vous vous préparez à barbequiouter tranquillement, voire que vous pataugez allègrement dans des piscines que ah-ça-fait-du-bien, au pays des fourmis, on patauge dans Noël. Le mois dernier, on a donc choisi les jouets que vous allez trouver dans nos magasins (exclu cette année: les jeux de société Desperate Housewives et Grey's Anatomy, mais chut, j'vous ai rien dit), et aujourd'hui, en avant Guingamp pour le salon du chocolat de Noël. Alors comment ça se passe: déjà, on part à douze, les directeurs plus chaque chef fourmi de chaque magasin, dans des belles voitures de location, parce que bon, deux heures de route, y nous faut au minimum la clim. Evidemment, je suis la seule chef fourmi femelle, donc le trajet a été fort sympathique, j'ai appris notament que Laurent Blanc avait signé pour entraîner Bordeaux (passionnant...), que Guy Roux avait rempilé pour Lens (trop trop passionnant, vraiment...), et que l'Alpha 159, comme caisse, ça déchire sa mère en tongs (je les crois sur parole, hein). Bon, après qu'on se soit perdus, NORMAL, dans la ville de destination (c'est toujours pareil dans ce genre d'opération commando, tout va bien jusqu'à la ville, on a une demi-heure d'avance, et on finit par louper un truc et arriver une demi-heure en retard), on arrive au paradis. Imaginez une pièce d'une centaine de mètres carrés, avec des tables tout autour, BLINDEES de boîtes de chocolat de Noël. A l'entrée, le représentant de la maison Lundt, puis celui de chez Malki, puis celui de chez Chuchard, puis celui de chez Cétoi, chacun venu défendre son produit (et t'inciter à en prendre PLUS que l'année dernière, oui mais monsieur, l'année dernière j'avais djà vendu que la moitié de ce que j'avais pris, ah mais oui mais madame, en 2007, ça va DE-CO-LLER GRAVE, on prévoit du PLUS 30% sur ce format de boîtage, par contre, si j'peux me permettre, prenez moins de Malki, c'est pas la meilleure référence. Puis le monsieur de chez Malki vient te dire que cette année, sa marque elle va DE-CO-LLER GRAVE, et que par contre, si j'peux me permettre, vous devriez prendre moins de Lundt, ils sont en perte de vitesse. Puis le monsieur de chez Lundt te prouve avec des jolis tableaux à l'appui que cette année, Lundt, ça va DE-CO-LLER GRAVE, mais que par contre, vaut mieux être prudent sur la marque Cétoi, parce que vraiment, au niveau qualité, ça n'a RIEN A VOIR. Puis le monsieur de Cétoi te fait goûter des trucs trop trop bons, que tu lui en prendrais un camion blindé si tu t'écoutais, mais faut y aller molo, parce que les boîtes marquées "Joyeux Noël", bin après Noël, si y t'en reste, tu les vendras plus, donc tu te les mets au cul (c'est pas une image, hein, comme tu les vends pas, tu les manges, et elles vont VRAIMENT se coller dans ton cul). De négociations en négociations en dégustation en dégustation, tu finis par être dégoûté et t'as plus rien envie d'acheter (et tu te demandes si ils ont prévu un salon des flottes Contrex dans la foulée, mais nan, parce que dans la foulée, une fois que t'es bien blindé de chocolats, pralinés, fourrés, pas fourrés, à la liqueur, sans liqueur, avec noisette, sans noisette, noir, blanc, au lait, bin tu fais quoi?? RESTO, évidemment. Bon, là on DEVRAIT théoriquement comparer entre nous ce qu'on a préparé comme commande provisoire, mais en vrai, on boit l'apéro, on papote, on re-boit l'apéro, on re-papote, et finalement, on repart du resto sans que personne ait évoqué les chocolats de Noël. Bon, moi j'aime le chocolat, TOUS les chocolats, donc j'en ai pris à TOUT LE MONDE, y manquera pas une référence chez moi à Noël, 50000 euros de chocolat, ça fait une paire de crises de foie en perspective. J'ai goûté pour vous les nouveautés de cette année, rien de fulgurant, des After Huit en stick, comme des Mikadus, ça change rien au goût mais c'est plus sympa que les ptits carrés, des minuscules tablettes de Malki spéciales pour les ptimômes, sympas mais VRAIMENT trop petites quand t'as plus 5 ans, et du chocolat aux fruits, toubizarre puisque en COULEUR (manger du chocolat vert pomme (à la pomme, donc), j'm'y fais pas). Puis, après le resto (grâcieusement offert par la société. Sauf les apéros, sont pas cons, hein), re-deux heures de route, chacun avec son ptit sac de chocolats. Et là, bizarrement, plus de conversation de foot ou de bagnoles, que du ronflage, du ronflage, du ronflage (sauf le chauffeur, évidemment). Prochaine étape: le salon du vin. Chouette ^^!

Flash Express >>> Du nouveau, msieurs dames, je change de fourmillière...j'vous raconte demain, là j'ai une boîte de Célébrations sur le feu... :o)

Posté par Pucine à 19:38 - - Permalien [#]


vendredi 1 juin 2007

La grosse mé-merde du vendredi...

Alors mettons-nous en situation: le dernier jour de chaque mois, après la ptite annonce de "votre supermarché Machinchose ferme ses portes, nous vous souhaitons une agréable soirée", y a inventaire pour les fourmis préposées au rayons frais (donc le 28 en février, le 30 ou le 31 les autres mois, j'aime autant vous dire que celui du 31 décembre ne soulève pas l'enthousiasme, j'ai déjà vu des fourmis trimballer des palettes en tenue de fête, paillettes, plumes et fanfreluches à la clé, parce que direct à la sortie, c'est en avant Guingamp pour le réveillon), histoire de voir si y nous manquerait pas 1 million de dollars de jambonneau dans la caisse. Alors comment ça se passe: pour faire un inventaire, on utilise des machines qui ressemblent EN GROS à des calculettes, munies d'un scanner. dans lesquelles on rentre le fichier qui nous interesse, par exemple le fichier "charcuterie", en branchant la machine à l'ordinateur. Avec le scanner, on bipe le code barres du produit, avec la calculette, on rentre le c'est-combien-qu'on-en-a, on tape sur entrée, et on recommence comme ça avec tous les produits qu'on a en réserve et dans le magasin (rien de compliqué, mais c'est super loooong). Ensuite, on vide la calculette dans l'ordinateur. Ensuite, on imprime les "anomalies", c'est a dire les trucs que l'ordinateur y juge que c'est louche (genre si la fourmi a tapé 222 jambons, ça fait UN PEU beaucoup, donc on cherche c'est quoi le souci, en général, le souci c'est que la fourmi a des ptits doigts boudinés, et qu'elle a tapé un "2" de trop), on imprime tout, et on envoie au service de gestion qui se démerde avec un paquet de feuilles de la taille d'une ramette. Puis on clôture l'inventaire du mois, et ayé, fini, c'est tout bon. Sauf que desfois, nan.

Hier, donc, on était le 31, je suis arrivée à 6h30, tout allait bien. A 7 heures, j'ai chargé les fichiers dans les machines, une pour la charcutière, une pour la crémière, une pour la boulangère, toussa, toussa.

Ce matin, chuis arrivée à 6h30, tout allait bien. J'ai fait mon ptit tour habituel, histoire de voir comment ça va ce matin, est-ce que ça a été l'inventaire hier soir (c'était pas moi qui gérais, stait une autre chef fourmi), tout le mode râle un ptipeu, pffff, n'est sortis à 22 heures (pour revenir à 5 heures ce matin, c'est des ouarriors mes fourmis), vraiment ces inventaires c'est trop trop chiant, pourvu que le résultat soit bon, hein, qu'on ait pas à recommencer (parce que oui, si y a une couille dans le potage, on recommence le 3 ou le 4, si c'est pas merveilleux)

A 9 heures, je m'installe devant l'ordinateur, et j'ouvre mon fichier inventaire pour transférer les données des machines dedans. Et là, le DRAME. En chargeant les fihiers dans les machines, j'ai fait une boulette, une GROSSE boulette, LA boulette, j'ai pas verifié que l'inventaire du mois précédent avait été clotûré. Donc y a des données de l'inventaire précédent dans MON inventaire de ce mois-ci (mais pas toutes, sinon il suffirait que je reprenne le total du mois dernier et que je l'enlève du total que je vais trouver aujourd'hui, ça serait TROP SIMPLE). Panaïque. Groooosse panaïque. Va falloir recommencer. Les fourmis vont me buter. Bon, dans un premier temps, je décide de rien dire, et de tenter de sauver la situation (j'aime autant vous dire qu'il vallait mieux pas traîner trop près de l'ordinateur ce matin, j'avais des gouttes, des VRAIES GROSSES gouttes qui dégoulinaient de mon front, que j'voyais déjà ma pierre tombale, "ci-gît Capucine, morte dans l'exercice de ses fonctions sous les jets de pierre de ses dévouées fourmis", j'ai tapoté frénétiquement, entre les "salut Pucine, ça va??" "mouimoui" "euuuh...t'es SÛRE?" "mouimouimoui" (je ne SAIS pas mentir, pis on était à deux doigts d'appeler les pompiers pour qu'ils viennent écoper ma sueur-de-stress, trop pas discret). mais j'avais réussi à ce que rien ne sorte de mon bureau, jusqu'à ce que Titeuf, mon collègue chef des fourmis, celui qu'est sorti à 22 heures hier, se pointe, que il lui a fallu un coup d'oeil sur l'écran pour comprendre qu'y avait comme un bug, et là qu'est ce qu'il a fait? J'te le donne en mile, il est allé prévenir TOUTES les fourmis bien fatiguées, et donc sur les nerfs, que FALLAIT TOUT RECOMMENCER. Bon, là j'ai pas hésité, j'ai fermé mon bureau à clé, calé la clanche avec une porte, sorti mon flingue, et j'ai continué à tapoter, convaincue que nan, c'est pas possible, y doit y avoir une procédure, il FAUT qu'il y ait une procédure, PITIE.

Toc, toc, toc.

AAAAH. Ronan. Elles m'ont retrouvé. Ronan. Je veux pas mouriiiiiir.

"Pucine?? C'est Djoulaï, azy, ouvre!!  (Djoulaï, pour ceux qui suivent, c'est ma fameuse copine fourmi charcutière avec qui on fume en cachette dans la cour)

-T'es seule?? T'es sûre?? T'as pas été suivie, hein??

-Nan, azy, ouvre, la voie est libre...

J'l'ai fait rentrer, parce que premièrement, je sais qu'elle va pas me buter, ELLE, et deuxièmement, j'voudrais bien savoir comment ça se passe dehors.

-Alors...ça donne quoi??

-Pfff, la mé-merde, j'te jure, mais tout n'est pas tout perdu, y a ptêt moyen, par contre y me faut du temps...et les fourmis...elles ont saisi les armes??

-Que dalle, t'inquiète, y a juste Léontine qui bougonne, mais elle bougonne pas après toi, elle bougonne après l'informatique ( Léontine, 52 ans, 36 ans de vente de poisson, elle EMMERDE l'informatique. Elle, de son temps, les inventaires, on les faisait avec un papier et un crayon, et y avait JAMAIS de problème. Alors que ces machines du diable, hein, merci, voila ce que ça donne.)

-Bon, ptin, c'est déjà ça...

-Nan mais tsais, faut pas te stresser pour ça, hein, si faut le refaire, on le refait, ce serait pas la première fois, ouah mais azy arrête de transpirer comme ça tu vas finir toute sèche!

Bon, la dessus, on est allées boire un café histoire que je meurs pas de déshydratation, fumer 12 clopes qui m'ont un peu calmé, j'ai réussi à la force du clavier à récupérer les données, et en mamaillant un peu, à rendre un truc à peu près correct au service de gestion. Entre temps, toutes mes fourmis sont venues me dire que t'inquiète donc pas pour ça cocotte, ça peut arriver, pis l'informatique, hein, on sait ce que c'est.

Le 30 juin, c'est clair et net, je prends congé.

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR: Jeudi, j'vais au salon du chocolat de Noël, choisir ce qu'on va vous vendre au mois de décembre...d'la boulette!! ^^

Posté par Pucine à 20:02 - - Permalien [#]

jeudi 31 mai 2007

5 heures / 8 heures 30: la fourmillère en pleine ébullition

La fourmi, quel que soit son rayon, est forcément matinale, puisque le moment ou elle travaille le mieux, le plus rapidement et le plus tranquillement aussi, c'est quand le magasin est fermé, désert de clients avides de renseignements, vierge d'embarcations mamie+caddie+charriot à roulette (à peine encombrant, surtout quand y en a deux dans la même allée, qu'elles se croisent, et que comble de bonheur, elles se connaissent, donc elles laissent tout leur attirail en plein milieu, et c'est parti pour une joyeuse conversation troisièmâgeuse, que limite tu les déranges quand t'aimerais bien passer, les bras chargés de bidons de lessive qui pèsent une tonne, et qu'elles maugréent en se décalant de 10 centimètres, genre LA, je vais passer, c'est SUR madame.). La fourmi, donc, chez moi, elle commence sa journée à 5 heures, le cheveu encore hirsute, les yeux pas complètement d'accord pour se taper l'éclairage intensif au néon, le cerveau encore à la maison en train de déjeûner. La matinée commence toujours par un café dégueu du distributeur, 35 centimes pour de l'eau chaude, avalé vite fait pendant que chacune regarde le chiffre d'affaire de la vieille sur son rayon, le compare avec celui de la voisine, "rolavache, comment j't'ai battu hier, +35% sur mes purées, alors que toi t'as fait que +8 sur les pâtes, hinhinhin", le tout dans une ambiance bon enfant (manquerait plus qu'on s'arrache la tête). Puis tout ce petit monde bouge tel un seul homme, pour aller chercher sa première palette de marchandise (et là, deux techniques: y a celles qui commencent par une facile, histoire de se réveiller en douceur (le pécu ou les chips, ça va vite, c'est pas lourd, et ça peut rapporter gros), et celles qui commencent par les plus balaises, histoire d'en chier un bon coup et d'être tranquilles après (la lessive ou les produits d'entretien, entre 15 et 20 kilos par carton, j'te garantis que même l'hiver, au bout d'un quart d'heure, t'es en transe). Histoire de rendre le truc un peu plus joyeux, on se met de la musique à fonléballons, et on bosse en rythme, en chantant, en sifflant, et desfois même en dansant (le truc, c'est qu'il faut que la musique pulse un minimum, parce qu'avec Classique Radio, tout le monde se rendort direct. Le problème, c'est que vu la moyenne d'âge, on peut pas se permettre Europe 2 (j'ai essayé, hein. On m'a gentiment demandé si c'était pas possible de baisser UN PEU, alors qu'avec Nostalgie, tranquille, on peut mettre le volume A FOND, ça dérange personne). Donc on met Nostalgie, et on remplit en choeur sur les chansons des 80's, elle m'a dit d'aller siffler là haut, sur la colline...un carton, deux cartons, dix cartons...Rien qu'une laaaaaarme dans tes yeeeeuuuuux...un carton, deux cartons, dix cartons...Allumer le feuuuuu, allumeeeeer le feuuuuu...un carton, deux cartons, dix cartons...(au passage, si y a des gens de chez Nostalgie, sait on jamais, est-ce qu'il serait possible de glisser, tous les matins entre 5h et 8h30, une petite chanson RECENTE, une seule, l'air de rien, on dirait que ce serait une erreur, parce que moi, la chanson de naguère, j'aime bien, mais je serai pas contre un ptit truc MODERNE de temps en temps. Merci d'avance). Et donc, les fourmis remplissent, comme ça, à un rythme assez hallucinant. Pendant ce temps, le chef des fourmis, c'est à dire moi même, y fait quoi? Alors déjà, la chef fourmi, elle arrive qu'à 6h30 (et nan, c'est pas parce que c'est une feignasse, c'est parce que bien souvent, elle s'en va à 20 heures, ça lui fait déjà des bonnes journées, hein), et elle commence, comme tout le monde, par regarder les chiffres de la veille, un magnifique tableau plein de chiffres, qu'elle analyse. Ensuite, elle fait le tour du magasin, avec son ptit tableau, et elle va demander aux fourmis concernés POURQUOI on a regressé sur la vente de céréales HIER? (ça, c'est en théorie. En vrai, moi je prends mon tableau, et je fais le tour pour dire bonjour, savoir si tout le monde a bien dormi, si le ptit dernier de Truc il est guéri de sa gastro, si le grand de Machin il a finalement eu son code, si le chéri de Bidule a finalement arrêté de bouder, toussa. Parce que faut être lucide, PERSONNE peut expliquer pourquoi on a vendu 12% de Spécial K de moins cette année que l'année dernière) Après, la chef fourmi, elle demande à ses ouvrières ce qu'elles ont prévu comme animation pour la journée, genre cette semaine, c'est la fête de la fraise, et bin on met des posters de fraises partout, on fait déguster de la fraise, on fait un joli podium blindé de bouteilles de jus de fraises, on met en promo des sorbetières (pour faire des glaces à la fraise), on va voir la crémière pour qu'elle mette des bombes de chantilly à chaque coin de gondole, on va voir la boulangère pour qu'elle fasse un meuble blindé de fonds de tartes, BREF, faut que chaque client qui passe, il croise au moins TROIS fois des fraises, sinon, c'est perdu. Ensuite, une fois que ça c'est fait, la chef fourmi elle attrappe le prospectus du moment (qui n'a rien a voir avec les fraises, sinon ce serait TROP FACILE), et elle s'assure que TOUS les produits sont toujours présents, ça évitera que Madame Pètssec veuille nous foutre au tribunal pour le pâté de canard à 4.99 SEULEMENT, et au besoin, elle re-remplit les zones promo. Entre temps, la chef fourmi est aussi préposée à l'affichage, ça veut dire que TOUS les produits du magasin doivent avoir leur petite étiquette de prix, et que TOUS les prix doivent être JUSTES (sinon, bonjour le service des fraudes, et bonjour les amendes qui pleuvent, et bonjour les avertos (ouais, comme à l'école)). Donc entre temps, y a 10 personnes qui viennent me demander des étiquettes pour les nouveautés, les trucs qui changent de prix, les trucs qui changent de code, les trucs qui changent de format d'étiquette, PLUS des belles grandes affiches pour les nouveautés, les trucs-qu'on-en-a-commandé-trop, donc faut qu'on en vende plein, donc faut qu'on les VOIT, donc on fait des grandes affiches fluos. Entre temps, aussi, le téléphone a sonné 1000 fois, parce que Truc est malade ce matin, donc elle viendra pas (et donc va falloir trouver une fourmi pour remplir ses rayons. Ou les remplir moi même, en l'occurence), parce que le fournisseur de pain complet va arriver en retard, y a un pet sur l'autoroute (donc faut aller prévenir la fourmi boulangère qu'elle CHARGE A MORT en baguettes et pains pas complets, du coup), parce que l'alarme du magasin est bloquée, et que donc faut aller bidouiller dans le boîtier jusqu'a ce que le technicien au bout du fil dise "c'est bon c'est rétabli",  ou parce que apparemment, il manque deux palettes de tomates au magasin de Lotreboudlaville, elles seraient pas chez vous par hasard. Entre temps, y a aussi le directeur qui est arrivé, et que donc faut lui résumer tout ce qu'il s'est passé depuis 3 heures, que t'as interet a rien oublier (genre pas oublier que Madame Truc a appelé, et qu'elle viendra en entretien a 9 heures, pour le poste de caissière. Ne pas lui rappeler à 8h59, ça le fait moyen). Et puis, finalement, à 8h25, le fameux ding-ding-ding de l'accueil, Le supermarché ouvre ses portes dans un instant, merci de dégager les allées, bonne journée à tous (ça c'est la version écrite sur le ptit papier. Quand c'est moi, je fais ding-ding-ding, oyé oyé braves gens, on va lâcher les fauves, tout le monde range son cayon, force et courage à vous pour la journée, et on ne tape pas les client, même si y méritent). On ramasse ce qui traîne, on remballe Nostalgie pour aujourd'hui, on ouvre les portes et...et c'est parti pour le show!

Posté par Pucine à 17:28 - - Permalien [#]

mardi 29 mai 2007

Connected pipole...or not

La chose qui a le plus changé ma vie depuis que je suis passée de l'état de fourmi remplisseuse à l'état de chef des fourmis, c'est ce magnifique outil de communication qu'est le TELEPHONE. Parce que quand t'es fourmi, t'entends à peu près 250 fois dans la même journée cette putain de même phrase, prononcée par des voix qui, même si à l'origine, elles sont suaves et sensuelles et tout ce que tu veux, une fois qu'elles passent dans le micro du magasin (sono ultra moderne s'il en est), elles deviennent toutes affreusement nasillardes et agressives. Ca commence toujours par la ptite musique d'aréoport, ding-ding-ding...(et là, pile PENDANT cette petite musique, tu te dis "pas moi, steuplé, steuplé, steuplé, PAS MOI"....Caaaaapucine est demandée à l'accueil, Capucine, merciiiiii". Alors tu traverses tout le magasin, en râlant que bordel de merde, qu'est ce qui se passe ENCORE, puis tu affiches ton plus beau sourire..."Mouiiii???" "La dame elle cherche le pâté de canard qu'est en promo sur le tract cette semaine à 4.99, tsais ou il est???". La, tu t'énerves pas, tu dis pas que le rayon des pâtés, c'est PAS le tien, et que donc nan, tsais pas ou il est, et tu files demander a ta collègue fourmi responsable des pâtés de canard OU elle les a rangés bordel, les ceux en promo de cette semaine à 4.99. Puis tu reviens, la gueule déconfite, pour annoncer à la dame qui t'attend, toute speed, avec son prospectus à la main (au cas ou on la croirait pas, hein), que du pâté de canard, yonapu, c'est parti comme des ptits pains ma bonne dame, pensez-vous, une aubaine pareille...Et là tu te fais traiter, parce que sur la pub, c'est marqué que c'est jusqu'au 10, or on est le HUIT, donc j'en VEUX, j'y ai DROIT épicétout, sinon je PORTE PLAINTE (ouais, y en a des gravos hein). Alors on peut t'appeler pout tout et n'importe quoi, un prix qui passe pas, ding-ding-ding (pas moi-pas moi-pas moi...)...Caaaaaaapucine est demandée caisse douze, Capucine merciiiiii" (et là tu GROUILLES de traverser le magasin, par pitié pour la caissière qu'est sûrement en train de se faire allumer, et aussi parce que si tu prends ton temps, tu te fais fusiller du regard par la file de clients, que "c'est toujours pareil dans cette boutique, y a RIEN qui passe, nananinanana"...). On t'apelle aussi parce que t'es la fourmi responsable du jambon emballé, ding-ding-ding (oula, celui là c'est pour ma gueule, j'le sens bien)...Caaaaapucine est demandée à l'accueil, Capucine, merciiiiiiii", et on t'attend à l'accueil avec un paquet de jambon ouvert, qui pue le rat crevé, j'l'ai acheté HIER madame, vous trouvez ça NORMAL PEUT ÊTRE??? Bénan madame, c'est sûr, y a un souci, hein, j'vous laisse aller en chercher un qui pue pas au rayon...Ding-ding-ding (ronan, ronan, ronan)...Caaaaapucine est demandée au rayon fruizélégumes, Capucine, merciiiii" Oui, parce que les kiwis que t'as vendu hier, bin ils sont trop durs (démonstration à l'appui, j'ai un mec qui s'est pointé avec son tupp' de kiwis et son couteau, qui m'a tout posé sur le comptoir et qui m'a dit "allez-y. ALLEZ Y J'VOUS DIS". Que c'est vrai qu'ils étaient pas mous-mous, mais bon, si il a des problèmes pour mâcher il a qu'à acheter de la compote, aussi, hein). Et alors là, depuis peu, je suis équipée d'un vieux, moche, pourri MAIS en état de marche, téléphone portable. Que au lieu d'entendre ding-ding-ding, maintenant j'entends 250 fois par jour toulouloulou...toulouloulou...toulouloulou...Le premier avantage, c'est que je peux filtrer, genre si c'est un numéro exterieur, je prends pas (sauf si ça insiste lourdement, toulouloulou ça va bien 5 minutes, là je décroche et "Supermarché Machinchose,Trouducudumonde, Capucine à votre service, bonjouuuur?" "Bonjour madame, j'apelle juste pour savoir si vous êtes ouverts??" "Nan, CONASSE, j'avais rien à faire ce matin alors chuis venue remplir un peu!!!" "Oui tout à fait Madâââme; de 8h30 à 20 heures, sans interruption, voilavoila, bonne journéééééée". Quand c'est interne, je réponds forcément, genre quand y a marqué "charcuterie", ça veut dire que c'est ma copine Djoulaï qui a envie d'aller fumer une clope en cachette, donc toulouloulou...toulouloulou..."Capucine à l'écoute, l'oiseau est dans son nid (ça veut dire le dirlo est dans son bureau), rendez vous au point P ( ça veut dire dans la cour) à H+5 (ça veut dire dans 5 minutes)". Bon, desfois, c'est moins drôle, hein, quand y a marqué "direction" sur l'écran, je me râcle la gorge et toulou...(même pas je laisse sonner un toulouloulou complet, rapidité et réactivité sont les deux mamelles du chef de secteur) "Capucine j'écoute" (bref, efficace, posé...faudrait pas qu'un jour le dirlo m'apelle depuis la charcuterie, quoi...). Y a juste un PETIT problème avec mon téléphone, c'est que depuis 2 semaines, on en a changé 3, pour des beaux, neufs, modernes. Donc moi j'ai récupéré un moche, mais un peu moins moche, vieux, mais un peu moins vieux, et pas moderne. Et donc bien sûûûûr, mon numéro direct a changé. Et bien sûûûûr, personne s'en rapelle, et ça fait 15 jours que je reçois TOUS les appels destinés au chef de la maintenance. 250 fois par jour, toulouloulou...toulouloulou (ouais, j'ai gardé la même sonnerie, on s'y fait) "Allô...Bernard??? Voilà y a un problème de défaillance au niveau des antivols..." "ah oui mais nan, Bernard c'est le 111, là c'est Capucine, rien à voir...""ah...et donc pour les portiques??" "Bin...appelez Walker Texas Rangers..."

La connerie du jour:

On communique de magasin à magasin par mail interne. Ce matin j'ai reçu:

SOS, suite à erreur de commande, je me retrouve avec 17 palettes de PQ Lotus...qui peut me dépanner???

J'ai répondu :

J'ai ce qu'il faut niveau PQ...Seule solution envisageable: créer le besoin. Organise une foire au pruneau...

Posté par Pucine à 20:35 - - Permalien [#]

dimanche 27 mai 2007

En ce moment, je fabrique des supermarchés!

Après un départ fulgurant (une note par jour, c'était clair et net que j'arriverais pas a tenir la cadence), vous avez dû vous apercevoir que cette dernière semaine, c'est le vide intersidéral ici (Fabien, faudra t'y faire ^^ ). La raison, vous vous en doutez, c'est le boulot (j'aurai préféré vous dire que je passe mon temps à faire des barbec' au bord de l'eau, mais que dalle). Parce que ma société est une ptite société qui monte qui monte qui monte, et qu'on est en train d'agrandir le parc, on fout des magasins partout, la tête de ma mère, bientôt, vous ne verrez plus que nous. Et c'est là que pour une fois, mon job devient interessant, parce qu'on part de KEUDAL, une grande pièce VIDE (en l'occurence, cette semaine, 1700 mètres carrés à optimiser). La première étape constitue à faire les plans EN GROS, c'est ou qu'on met la porte d'entrée, c'est ou qu'on met les caisses, c'est ou qu' on met la boulangerie, la charcuterie, toussa toussa. Bon, sur cette étape, j'vais pas vous mentir, j'ai pas mon mot à dire (ça c'est des grosses têtes qui le font, et on s'en rend bien compte quand ils proposent de mettre les surgelés direct à l' ENTREE du magasin, trop c'est logique, tu vas acheter tes glaces en TOUT PREMIER hein). Ensuite, bon, j' vous passe l'étape de validation des plans par les 273 comités de bordelchose, ensuite, donc, on décide comment on va placer le mobilier (là non plus, c'est pas moi qui décide. En revanche, j'aurai le droit par la suite de les faire bouger de place, ce qui est super logique, ils demanderaient avant, on gagnerait grave du temps et de l'énergie, mais bon. Ensuite, on décide OU on place tel ou tel rayon, pour que ce soit à la fois LOGIQUE, VENDEUR, TAPE A L'OEIL et esthétique. C'est là que je commence à avoir un vrai pouvoir de décision, donc sur le chantier de cette semaine en l'occurence, c'est moi qui ai décrété que le rayon "jouets" allait aterrir en face du rayon "pots de bébé" (hinhin, comme ça pendant que maman hésite entre Blédinoche et Nestlé, Julien et Kévina remplissent le charriot de pistolets à eau et autres poupées Barbaille (les fausses en plastique mou, trop hideuses mais super pas chères. Mais trop hideuses, vraiment). Ensuite, une fois qu'on a réussi à caser tous nos rayons sur la plan (en général à ce stade là, y a 8 couches de Tipexx et la feuille fait 5 mm d'épaisseur), on commande la marchandise pour faire une première implantation. C'est à dire qu'on prend la petite liste de TOUS les produits qu'on va vendre dans le magasin, et on en commande un carton de chaque. Quand on reçoit les cartons, on TRIE tout par rayon, pour faire des belles palettes, qu'on va déposer devant le rayon concerné ('ça c'est la periode un peu tuante ou on trimbale des tonnes de marchandises et ou le soir on a le dos en chamallow, MAIS on se dit que c'est bon pour les musc'). Ensuite, on choisit un rayon (moi mes domaines de prédilection c'est les rayons "à mômes", donc je choisis en premier la puériculture, chuis incollable en matière de nouveauté dans les biberons, sucettes, bavoirs, thermomètres d'oreilles toussa toussa, puis les jouets, dont ma haine envers les fausses Barbaille moches et mal coiffées). Ensuite, on ouvre chaque carton, et on prend un produit de chaque, qu'on pose par terre a plat, pour voir EN GROS tout ce qu'il va falloir faire tenir dans un élément de 8 étagères et d'1m33 de large. Et ensuite, c'est le début du casse tête, parce qu'il faut s'arranger pour qu'il y ait une logique HORIZONTALE (on met pas un biberon, puis un bavoir, puis re-un biberon, on met TOUS les biberons dans le même coin, TOUS les bavoirs dans le même coin), ET une logique VERTICALE (on essaye d'alligner les biberons de 120 millilitres ensemble, les ceux de 240 ml ensemble, les ceux de la marque Tigex ensemble, les ceux de la marque Nuk ensemble). A cela, s'ajoute la logique commerciale, qui veut que la marque propre au magasin soit en HAUT, la marque Tigex en dessous, la marque Nuk re-en dessous, et ENFIN, mais ça c'est pas obligé, c'est juste moi qui me complique la vie, j'essaie de faire un truc harmonieux au niveau des couleurs, les biberons bleus allignés, les roses allignés, les avec-des-dessins allignés (ça peut durer des plombes, hein). Puis pareil avec tous les articles du rayon, les sucettes, les bavoirs, les goupillons, les hochets, les couverts en plastoque, les mini-peignes à mini-chveux...Une fois que tout a trouvé sa place, que c'est LOGIQUE et HARMONIEUX, on peut remplir, et c'est là en général qu'on découvre un carton qu'on avait PAS VU, et qu'il faut tout déplacer pour intégrer HARMONIEUSEMENT le produit, qui, BIEN SUR, est un truc GROS et BISCORNU qui ne trouve sa place nulle part, que vaz-y tu redémontes TOUT, pas s'énerver, pas s'énerver...
Au final, ça peut donner quéchose comme ça:

23052007

Posté par Pucine à 15:56 - - Permalien [#]

samedi 12 mai 2007

Le rayon multimédia, tout un poème...

Parce qu'on ne vend pas que de la souplette et du pécu dans mon magasin, il faut le savoir. On est un GRAND modèle, donc on a aussi des télés, des lecteurs mp3, des GPS et tout un tas d'autres trucs que je recommande VIVEMENT de ne pas acheter chez nous (si, si, promis. Desfois, quand je vois arriver une ptite jeunette qui a économisé 6 mois pour s'acheter son premier lecteur mp3 à 49,90, j'la chope a part et j'lui dis d'aller plutôt à la Fnic, que même si elle doit économiser encore un peu, vaut mieux pour elle qu'elle l'achète pas ici (c'est bien simple, on a fait un rapide calcul avec ma copine Gloria, sur environ 200 lecteurs du même modèle vendus à la periode de Noël, y en a une SOIXANTAINE qui sont revenus, parce que IMPOSSIBLE de les allumer, si c'est pas merveilleux. Sans compter que ceux qui marchent pas, on est sensés les envoyer au service après-vente pour réparation, puis rappeler les clients. Sauf que Gloria, responsable en chef du SAV, elle OUBLIE de renvoyer les trucs (genre dans notre bureau, y a des lecteurs DIVX qui attendent depuis mai 2006. Moi si je suis cliente et que j'attends depuis plus d'un an, pardon, hein, mais j'lui crâme son comptoir, à la Gloria) (sauf que bien sûr, les clients ils viennent râler chez MOI, que je fais genre "un instant, je vais voir si votre télé est revenue", je rentre dans le bureau pour constater que nan, elle est pas revenue, vu qu'elle est pas encore partie, hem, et je retourne au comptoir en m'excusant, que nan, elle est TOUJOURS PAS revenue, mais que n'ayez crainte, je viens de rappeler le SAV et ils font tout leur possible pour nous la renvoyer dans les meilleurs délais, avec toutes nos excuses bliblabliblabla...). Bon, desfois, faut dire ce qui est, c'est le client qui a du mal, hein. Toujours à Noël, j'ai eu un ptit papi qui cherchait désespérément un lecteur FP3 (nan, y a pas de faute de frappe...), pour offrir à sa ptite-fille. Comprenait pas comment on pouvait mettre de la musique "le dedans". A demandé si on pouvait aussi prendre des photos avec ("ah bin nan, monsieur, pour prendre des photos, faudrait déjà qu'y ait un objectif, parce que là, j'vois pas comment, hein..."). Est revenu après Noël pour le ramener, c'est pas ça qu'elle voulait, elle a dit, la dmoiselle (en même temps, il est gros, moche, pis bon...256 Mo, hein, on la comprend). Y a aussi eu le papi au GPS. Celui là, on se planquait pour l'éviter, à la fn. Il est venu un lundi acheter un GPS. Puis il est revenu le mardi, "ça marche pas". On lui a expliqué, il a dit "ah mais oui bien sûr". Puis il est revenu le mercredi, "ça marche pu". On lui a re-expliqué, il a dit "ah mais oui, rolala que chuis bête alors". Il est revenu le jeudi, "ça marche QUE QUAND C'EST VOUS". On lui a re-re-expliqué, on lui a fait essayer, il a dit "rabin oui, ça marche aussi quand c'est moi huhu". Il est revenu le vendredi, puis le samedi, puis pas le dimanche parce que c'est fermé (quoi que, si ça se trouve, il est venu...mais il a trouvé personne), puis le lundi, puis le mardi...PENDANT PRESQUE UN MOIS. A la fin, quand on le voyait de loin, on trouvait tous un truc de la plus haute importance a faire pour pas devoir expliquer pour la centième fois que ça s'allume LA, en HAUT à GAUCHE. Finallement, il a fini par demander à être remboursé, que ces trucs là, de toute façon, ça sert à rien, nous dans le temps on s'orientait avec le soleil, et lui, y avais PAS BESOIN de l'allumer, nan mais. Dernièrement, y a eu le petit monsieur au pèse personne. Il est arrivé comme une balle au comptoir, tout rouge de colère, a posé son pèse personne électronique dessus, m'a regardé dans les yeux et a crié "Montez dessus! Allez y, montez dessus!" Chuis montée dessus, et cette saloperie m'a indiqué 150. J'me suis dit, là, y a un sac, okay, j'ai forcé un peu sur l'apéro ces derniers temps, mais j'ai pas pu prendre 90 kilos et rentrer encore dans mon patalon. Forcément, c'était bien écrit sur la notice que la configuration initiale était pas en kilogrammes, mais en je-sais-pu-quoi, un truc d'un autre pays, que y avait juste à pousser le ptit bouton derrière, et hop, miracle, on pèse achement moins lourd (au passage, une fois re-reglé, chuis remontée dessus, et faut que je calme l'apéro quand même). Allez sur ce, un ptit ouikène bien mérité :o)

Posté par Pucine à 17:48 - Permalien [#]