mardi 8 mai 2007

La mamie, au supermarché, elle est CHEZ ELLE.

Au début du début, il a fallu que je m'y fasse: les mamies allaient faire partie integrante de ma vie professionnelle. A l'époque, je débutais comme petite fourmi, préposée à l'empilage de boîtes de Sheba et de briques de soupe, ce que je faisais du mieux que je pouvais, parce que c'est comme ça, je ne sais pas bâcler. J'avais postulé à ce boulot, complètement déséspérée, avant tout parce que j'avais besoin d'un minimum de pognon pour me loger, me nourrir, et accessoirement, vivre un peu aussi. Il a vite fallu se rendre à l'évidence, pour me loger, ça pouvait passer, pour me nourrir, bin y aurait des foires aux pâtes certains mois dans ma cuisine, quand à ce qui est de vivre, on allait plutôt être dans une logique de survie, parce que bon, faut pas se leurrer, quand t'es seule, au SMIC, dans une grande ville, c'est pas vraiment la bérézina. Seulement dans mon premier supermarché, qui était un petit magasin de quartier, nos chères têtes grises constituaient 80% de la clientèle. Alors que les choses soient claires, hein, je n'avais alors a priori RIEN contre elles, mais là, en 3 ans, elles ont réussi à me calmer. Y avait les gentilles, certes, celles qui tous les matins te disaient "bonjour mon petit", et qui de temps en temps te refilaient un bombec ou un morceau de gâteau fait maison, parce que bon, avec elles, pas de souci, j'étais une crème. Pis y avait les AUTRES. Celle qui voyait que t'étais là, juste à côté d'elle, prête à l'aider à choper la boîte de Canigou perchée trop haut, mais qui préférait quand même faire tomber toute l'étagère avec sa canne pour la choper (ouais, la mamie est musclée, faut pas croire), puis qui te regardait en râlant que "si ça tombe, c'est que c'est mal rangé", bin tiens. Celle qui te retournait tout le rayon pour choper la boîte de Royco Minute Soup qui est tout au fond, parce que soit disant, elle se garde super plus longtemps (ce qui, dans mon rayon, était faux, moi je chargeais par devant, de toute façon la mamie elle prend TOUJOURS celle de derrière), alors qu'elle va revenir demain pour acheter la même, vu qu'elle l'aura mangée le jour même, faut m'expliquer en quoi c'est important qu'elle se garde 6 mois, hein, la boîte de soupe. Celle qui, quand tu passes ses courses en caisse, t'engueule parce que t'es un peu trop vive avec ses légumes, et te gratifie d'un " Non mais dites donc, vous pourriez faire attention, vous allez les écraser et c'est pour faire une soupe j'vous signale" (bin oui, suis-je bête). Celle qui te soutient que ce produit, là, elle a la boîte vide dans les mains, hein, toujours, comme modèle, elle l'a acheté ICI, la SEMAINE DERNIERE, alors que toi tu sais pertinemment que le produit, tu le FAIS PAS, oui, tu le sais, quand même, tu les manipules TOUS LES JOURS, les produits, "mais puisque je vous dis que j'en ai pris lundi dernier, vous me traitez de menteuse en plus éspèce de petite effrontée?", qu'au bout d'un moment, t'es OBLIGEE d'abandonner, tu lui dis que t'en as pu pour le moment, mais peut-être la smaine prochaine ma ptite dame. Et là c'est les nerfs, parce que tu SAIS que dès lundi matin à 8h30 tapante, elle sera re-là, avec la même boîte-modèle, et que si tu l'as pas, elle va te faire un caca nerveux dans le rayon. (oui, la mamie fait ses courses à 8h30, sûrement parce qu'elle a des milliers de trucs à faire dans la journée ><) Celle qui achetait depuis 20 ans la même marque de chocolat, et qui là d'un coup, elle le trouve pu, "tfasson y a JAMAIS rien dans ce magasin, je sais même pas pourquoi je continue à venir", mais que toi, t'y peux rien si Milka a décidé d'arrêter la production de CE chocolat, que la mamie elle s'en fout, elle le VEUT, débrouillez-vous comme vous voulez, "mais madame, j'peux pas vous le chier fabriquer, c'est comme ça, y a des produits qui disparaissent, en même temps, heureusement, parce qu'avec toutes les nouveautés qui sortent, faudrait pousser les murs, à force, hein" "MAIS JE M'EN FOUS JE VEUX MON CHOCOLAT", alors desfois, t'as la solution ultime d'appeler un autre magasin du groupe, qui lui, en a peut-être encore, et peut te dépanner d'une tablette (que tu devras aller chercher toi même, parfois à l'autre bout de la ville, évidemment), et là, quand le lendemain, tu lui donnes sa tablette, à la mamie, et que tu t'attends à un minimum de remerciements, elle te gratifie d'un " Bin vous voyez qu'y en a encore", et que tu te retiens pour pas lui faire bouffer en entier et avec le papier, mais tu te dis qu'avec la chance que t'as, tu vas lui broyer son dentier, donc tu te retiens, hein. Celle qui choisit son pain au rayon boulangerie, qu'elle regarde les baguettes, de l'autre côté du comptoir, et qu'elle te montre, celle là...nan, celle là, un peu  gauche...nan, à côté...faites voir...euh...nan, j'vais plutôt prendre un pain complet, comprenez, avec mes problèmes de constipation, les fibres, tout ça, que pendant ce temps, t'as 10 personnes qui attendent pour une simple et conne baguette, et qui te regardent avec des couteaux dans les yeux. Celle qui vient te demander un truc, mais t'as beau faire des efforts de concentration suprême, tu comprends pas. "Mais si, le truc carré, là, vous savez bien, enfin" "euuuh...le truc carré EN QUOI?" "mais le truuuc, là, pour la cuisine"....au bout de dix minutes, t'as énuméré tous les trucs carrés, éponges, serviette, Pavé d'Affinois, et tu comprends qu'elle cherche les bouillons, "ah bin quand même, vous avez mis le temps, hein". Alors de temps en temps, tu fais des pauses, et tu te forces à penser à ta mémé à toi, en te disant que ptêt elle est pareille. Nan, en moins pire, quand même.

Posté par Pucine à 14:28 - - Permalien [#]