vendredi 1 juin 2007

La grosse mé-merde du vendredi...

Alors mettons-nous en situation: le dernier jour de chaque mois, après la ptite annonce de "votre supermarché Machinchose ferme ses portes, nous vous souhaitons une agréable soirée", y a inventaire pour les fourmis préposées au rayons frais (donc le 28 en février, le 30 ou le 31 les autres mois, j'aime autant vous dire que celui du 31 décembre ne soulève pas l'enthousiasme, j'ai déjà vu des fourmis trimballer des palettes en tenue de fête, paillettes, plumes et fanfreluches à la clé, parce que direct à la sortie, c'est en avant Guingamp pour le réveillon), histoire de voir si y nous manquerait pas 1 million de dollars de jambonneau dans la caisse. Alors comment ça se passe: pour faire un inventaire, on utilise des machines qui ressemblent EN GROS à des calculettes, munies d'un scanner. dans lesquelles on rentre le fichier qui nous interesse, par exemple le fichier "charcuterie", en branchant la machine à l'ordinateur. Avec le scanner, on bipe le code barres du produit, avec la calculette, on rentre le c'est-combien-qu'on-en-a, on tape sur entrée, et on recommence comme ça avec tous les produits qu'on a en réserve et dans le magasin (rien de compliqué, mais c'est super loooong). Ensuite, on vide la calculette dans l'ordinateur. Ensuite, on imprime les "anomalies", c'est a dire les trucs que l'ordinateur y juge que c'est louche (genre si la fourmi a tapé 222 jambons, ça fait UN PEU beaucoup, donc on cherche c'est quoi le souci, en général, le souci c'est que la fourmi a des ptits doigts boudinés, et qu'elle a tapé un "2" de trop), on imprime tout, et on envoie au service de gestion qui se démerde avec un paquet de feuilles de la taille d'une ramette. Puis on clôture l'inventaire du mois, et ayé, fini, c'est tout bon. Sauf que desfois, nan.

Hier, donc, on était le 31, je suis arrivée à 6h30, tout allait bien. A 7 heures, j'ai chargé les fichiers dans les machines, une pour la charcutière, une pour la crémière, une pour la boulangère, toussa, toussa.

Ce matin, chuis arrivée à 6h30, tout allait bien. J'ai fait mon ptit tour habituel, histoire de voir comment ça va ce matin, est-ce que ça a été l'inventaire hier soir (c'était pas moi qui gérais, stait une autre chef fourmi), tout le mode râle un ptipeu, pffff, n'est sortis à 22 heures (pour revenir à 5 heures ce matin, c'est des ouarriors mes fourmis), vraiment ces inventaires c'est trop trop chiant, pourvu que le résultat soit bon, hein, qu'on ait pas à recommencer (parce que oui, si y a une couille dans le potage, on recommence le 3 ou le 4, si c'est pas merveilleux)

A 9 heures, je m'installe devant l'ordinateur, et j'ouvre mon fichier inventaire pour transférer les données des machines dedans. Et là, le DRAME. En chargeant les fihiers dans les machines, j'ai fait une boulette, une GROSSE boulette, LA boulette, j'ai pas verifié que l'inventaire du mois précédent avait été clotûré. Donc y a des données de l'inventaire précédent dans MON inventaire de ce mois-ci (mais pas toutes, sinon il suffirait que je reprenne le total du mois dernier et que je l'enlève du total que je vais trouver aujourd'hui, ça serait TROP SIMPLE). Panaïque. Groooosse panaïque. Va falloir recommencer. Les fourmis vont me buter. Bon, dans un premier temps, je décide de rien dire, et de tenter de sauver la situation (j'aime autant vous dire qu'il vallait mieux pas traîner trop près de l'ordinateur ce matin, j'avais des gouttes, des VRAIES GROSSES gouttes qui dégoulinaient de mon front, que j'voyais déjà ma pierre tombale, "ci-gît Capucine, morte dans l'exercice de ses fonctions sous les jets de pierre de ses dévouées fourmis", j'ai tapoté frénétiquement, entre les "salut Pucine, ça va??" "mouimoui" "euuuh...t'es SÛRE?" "mouimouimoui" (je ne SAIS pas mentir, pis on était à deux doigts d'appeler les pompiers pour qu'ils viennent écoper ma sueur-de-stress, trop pas discret). mais j'avais réussi à ce que rien ne sorte de mon bureau, jusqu'à ce que Titeuf, mon collègue chef des fourmis, celui qu'est sorti à 22 heures hier, se pointe, que il lui a fallu un coup d'oeil sur l'écran pour comprendre qu'y avait comme un bug, et là qu'est ce qu'il a fait? J'te le donne en mile, il est allé prévenir TOUTES les fourmis bien fatiguées, et donc sur les nerfs, que FALLAIT TOUT RECOMMENCER. Bon, là j'ai pas hésité, j'ai fermé mon bureau à clé, calé la clanche avec une porte, sorti mon flingue, et j'ai continué à tapoter, convaincue que nan, c'est pas possible, y doit y avoir une procédure, il FAUT qu'il y ait une procédure, PITIE.

Toc, toc, toc.

AAAAH. Ronan. Elles m'ont retrouvé. Ronan. Je veux pas mouriiiiiir.

"Pucine?? C'est Djoulaï, azy, ouvre!!  (Djoulaï, pour ceux qui suivent, c'est ma fameuse copine fourmi charcutière avec qui on fume en cachette dans la cour)

-T'es seule?? T'es sûre?? T'as pas été suivie, hein??

-Nan, azy, ouvre, la voie est libre...

J'l'ai fait rentrer, parce que premièrement, je sais qu'elle va pas me buter, ELLE, et deuxièmement, j'voudrais bien savoir comment ça se passe dehors.

-Alors...ça donne quoi??

-Pfff, la mé-merde, j'te jure, mais tout n'est pas tout perdu, y a ptêt moyen, par contre y me faut du temps...et les fourmis...elles ont saisi les armes??

-Que dalle, t'inquiète, y a juste Léontine qui bougonne, mais elle bougonne pas après toi, elle bougonne après l'informatique ( Léontine, 52 ans, 36 ans de vente de poisson, elle EMMERDE l'informatique. Elle, de son temps, les inventaires, on les faisait avec un papier et un crayon, et y avait JAMAIS de problème. Alors que ces machines du diable, hein, merci, voila ce que ça donne.)

-Bon, ptin, c'est déjà ça...

-Nan mais tsais, faut pas te stresser pour ça, hein, si faut le refaire, on le refait, ce serait pas la première fois, ouah mais azy arrête de transpirer comme ça tu vas finir toute sèche!

Bon, la dessus, on est allées boire un café histoire que je meurs pas de déshydratation, fumer 12 clopes qui m'ont un peu calmé, j'ai réussi à la force du clavier à récupérer les données, et en mamaillant un peu, à rendre un truc à peu près correct au service de gestion. Entre temps, toutes mes fourmis sont venues me dire que t'inquiète donc pas pour ça cocotte, ça peut arriver, pis l'informatique, hein, on sait ce que c'est.

Le 30 juin, c'est clair et net, je prends congé.

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR: Jeudi, j'vais au salon du chocolat de Noël, choisir ce qu'on va vous vendre au mois de décembre...d'la boulette!! ^^

Posté par Pucine à 20:02 - - Permalien [#]